Une Ponne?

Notre ponne est ce volumineux cuvier en pierre calcaire que vous verrez dans la cuisine, à côté du four.

C'est donc un bloc qui a été évidé et qui est posé sur un socle de pierres maçonnées.

Nous l'avons laissée à sa place d'origine et conçu l'aménagement autour.

 Et ça servait à quoi?

 

Jusqu'au milieu du 20ème siècle, c'est là qu'on lavait les pièces de linge les plus lourdes (draps, chemises, essuie-mains...), deux fois dans l'année.

En patois poitevin, cette grosse lessive s'appelle

la bugeaille.

    

illustration Jean-Louis Verdier

Voici le récit de Suzanne, doyenne de notre famille.

"La veille de la bugeaille, on empilait le linge par couches en y intercalant de la cendre de bois tamisée. La cendre, contenant de la potasse, faisait office de lessive. On remplissait jusqu'en haut en terminant par une couche de cendre.

Le jour-même, on mettait de l'eau à bouillir dans une poeloune, un grand faitout chauffé au feu de bois. On commençait ensuite à imbiber le linge dans la ponne en versant l'eau chaude avec un potin, grosse casserole en zinc avec un long manche en bois. Le robinet au bas de la ponne, le tapon, est alors fermé. Le linge va ainsi tremper jusqu'au lendemain.

Le travail de toute la journée suivante consistait à faire circuler l'eau bouillante, le lessis, à travers le linge, à la recueillir par robinet du bas de la ponne et à recommencer.

Ce n'est donc que le troisième jour que le linge était sorti de la ponne et chargé sur des brouettes pour être rincé au lavoir.

C'était très long et épuisant!"